Accueil
Accueil
Espace redaction
Espace redaction
S'inscrire
S'inscrire
Nous contacter
Nous contacter
Les auteurs
Les auteurs
A propos
A propos
Nos classements
Nos classements
Un article au hasard
Un article au hasard
Twitter Facebook GooglePlus

Culturemania

Mettons tous ensemble la Culture en Commun

Un des grands principe de Culturemania est de ne pas mettre de publicité.
Donc, si vous aimez passer du temps ici et lire nos articles, aidez-nous à collecter un peu d'argent par notre cagnotte sur Leetchi afin que le site puisse continuer à vivre et évoluer.
Merci à toutes et à tous !

banner

Films

- La crème de la crème -

Article rédigé par Sowilo le 16/07/2016 à 10:45

Informations

  • Date de sortie : mercredi 02 avril 2014
Kim Chapiron, qui a débuté dans le film d’horreur bête et méchant, change de cap pour son 3ième film et va se faire la supposé élite de la jeunesse étudiante. La pouponnière du « Loup de Wall Street » n’a pas la classe de DiCaprio ni le savoir faire de Scorsese, mais sa vision du monde est bien là, déshumanisante a l’extrême. L’offre doit rencontrer la demande, c’est l’histoire de leur vie.

Réalisation : Kim Chapiron

Nationnalité : Française

Cast : Thomas Blumenthal, Alice Isaaz, Jean-Baptiste Lafarge, Karim Ait M’Hand

C’est la rentrée dans une prestigieuse école supérieure de commerce. Les cours ? On n’en verra pas la couleur pendant tout le film. De toute façon la messe est rapidement dites, ici, on n’est pas là pour bosser, on est là pour "networker", se faire un réseau utile. L’intérêt du réseau, les étudiant le comprennent, ou le subissent, dès à présent. A l’école, tout est réseau. Les sportifs, les originaires d’un secteur parisien, les fils de, tous se regroupent et s’assurent un avenir déjà déterminé grâce à cette appartenance. Quant aux quelques orphelins du système, il leur faut être inventifs. Voilà donc qu’un petit groupe part d’un constat simple, leur pote Jafar, du fait de son exclusion de tout réseau, a aussi des problèmes pour chopper, ce qui est à peu près sa seule préoccupation dans la vie. De là part leur première théorie économico-sexuelle. En gros, si les hommes cherchent un physique, les femmes cherchent de la conformité et l’approbation du plus grand nombre, ce qui exclu Jafar par principe. Un peu comme le problème du premier boulot introuvable parce qu’on n’a pas déjà un premier boulot, ou le prêt qu’on ne risque pas d’avoir puisqu’on a besoin d’un prêt. Ce qui fait de Jafar un consommateur qui exprime un besoin de fausse validation sociale pour faire décoller sa valeur. Il n’y a qu’à lui en vendre. Il suffit de payer une fille pour entrer avec lui dans les soirées étudiantes. Bien sûr, l’idée n’en restera pas là longtemps, et virera rapidement au commerce du sexe, sous couvert de raisonnements algorithmiques de plus en plus poussés.

Il peut y avoir de la grammaire de film d’horreur derrière ce crescendo. On part d’un principe réaliste et on le pousse jusqu’à l’absurde pour en faire la critique. C’est le seul parallèle qu’on peut s’autoriser avec le genre premier de Chapiron. Le reste des influences est à chercher du côté du Loup de Wall Street, de The Social Network, ou malheureusement de quelques nanars de teen movies (j’y reviendrai).
La grande force du film réside dans ses scènes de dialogues de jeunes entrepreneurs, avec leurs réflexions de plus en plus pointues sur la commercialisation des relations sociales et sexuelles, à grand renfort de franglish et d’autres principes théoriques. On arrive a des summums de n’importe quoi, qui partent un peu dans tous les sens et ne sont pas forcément exploités mais qui ont le mérite d’être drôle, comme une scène où une vendeuse de parfum demande quel type de femme le client veut chopper, afin de lui fournir la fragrance adéquate.
A la différence du Loup de Wall Street, cette bande de jeunes premiers ne sont pas devenu cyniques et égocentriques par une sorte de cheminement. Ils sont incapables de recul sur leur milieu, sur ce qu’ils font et sont dénué de tout sens d’empathie. Le mot prostitution ne sera prononcé que vers la fin,, à part quand un personnage propose sans sourciller d’appeler leur entreprise le "pute club". D’ailleurs on n’aura très peu d’image montrant la réalité des conséquences de leurs actes, puisqu’eux-mêmes n’en ont qu’une conscience limité.

Seulement voilà, à force de lancer des perches de droite et de gauche, on multiplie les sujets et on ne sait plus très bien de quoi on parle. Je pense que l’idée première était de montrer une jeunesse promise à devenir l’élite sans qu’elle ne sache pourquoi, plutôt désœuvrée et totalement déconnectée du reste du monde, sans valeur propre et sans vécu personnelle pour s’en forger. Cette histoire de marché du sexe n’est alors qu’un exemple pour montrer leur déshumanisation, mais le film s’y emmêle pas mal les pieds. On sent bien que le réalisateur veut laisser une chance à ses personnages, nous attendrir un peu et nous montrer que la vie, la vraie, peut reprendre le dessus. Mais voir des post-ados cabotiner avec leurs amours foireuses et leur vie étudiante, ça n’a rien de nouveau et ça vient nous asséner des scènes de teen movies bien trop basiques qui alourdissent le film, même si on comprend l’intention. Merci à l’actrice qui joue Kellia de relever un peu le niveau, avec à la fois le personnage et le jeu le plus intéressant.

La Crème de la Crème est aussi moyen qu’intéressant. Il survole tout un tas de sujets très pertinents, actuels et peu abordés, mais galère un peu pour s’y fixer et pour aller jusqu’au bout. C’est dommage, parce que ce verni machiste et ultra-libéral suffit à faire rire jaune une bonne partie du film, et parce qu’il y a le culot nécessaire pour ouvrir la réflexion. A quel moment bascule-t-on dans l’improbable ? Est-ce qu’on y bascule vraiment d’ailleurs ? Ce n’est pas franchement un bon film, mais c’est au moins un film qui vient gratter à un endroit qui dérange.
Un parfait exemple est cette scène finale, qu’il est facile de trouver très cucul la praline aux premiers abords mais que je trouve intéressante, parce qu’elle laisse très ouverte la question de l’avenir des personnages, tout en introduisant un élément qui n’est typiquement pas dans leur raisonnement ni dans celui de l’école, un truc très humain, tellement idiot qu’il ne pouvait être prédit par aucun raisonnement ni algorithme.

preview
Vous avez aimé ? Partagez !

Commentaires

Poster un commentaire :

stats

Culturemania, c'est :

515 articles rédigés par 14 personnes inscrites sur le site. Rejoingez-les !

1.831.809 articles consultés depuis des 10aines de pays dans le monde !

stats

Suivez Culturemania sur les réseaux sociaux :

FacebookTwitterGoogle plus
Autres articles du même genre :

Dragon

Article publié le mercredi 02 juillet 2014 à 07:48

Par : Culturemania

cover
views
3277
likes
2
comments

Mais si, regarde le premier, comme ça on pourra aller voir le deuxième qui sort au cinéma et on pourra râler contre ces bouffeurs de pop corn immondes où sur les mioches de la rangée de derrière qui foutent des coups de pied dans nos sièges ! Argument imparable. C'est donc dans un soucis de respecter la tradition bien française du râleur implacable que j'ai regardé le premier volet de Dragon des studios Dreamworks. Titre un peu plus explicite en Anglais : How to Train a Dragon.

Lire la suite...

Desierto

Article publié le samedi 05 novembre 2016 à 10:26

Par : Culturemania

cover
views
1938
likes
2
comments

J-Trump ! Dans quelques jours, nous saurons si le prochain président du monde sera Trump ou Clinton, c'est à dire un milliardaire mégalo ou une menteuse garante du plus grand panier à serpents au monde. Mais pourquoi je parle de ces deux-là ? Et bien parce que j'ai trouvé le film préféré de l'un des deux. Ça s'appelle Desierto, et c'est l'histoire d'un mec qui a pour seul ami un bon vieux rifle et un bon vieux chien. Ceci dit, c'est peut-être le film préféré des deux candidats.

Lire la suite...

All Hallows Eve

Article publié le samedi 29 août 2015 à 22:05

Par : Culturemania

cover
views
2268
likes
0
comments

C'est parce que le méchant sur la jaquette à des faux airs du Capitaine Spaulding (La maison des 1000 morts) que mes yeux ont été attiré par cette petite saleté de film. Une soirée d'Halloween, une cassette vidéo et des gosses à garder. Il n'en faut pas plus pour faire un film. Mais alors si cette fois les monstres passent dans notre salon, j'appelle à ce que la lumière nous transperce tous.

Lire la suite...

10 Cloverfield Lane

Article publié le samedi 17 décembre 2016 à 18:52

Par : Sowilo

cover
views
2188
likes
2
comments

10 Cloverfield Lane est un coup de maître marketing pour un divertissement qui en vaut la peine. Le titre est peut-être juste une adresse, ou une référence à un film de 2008 du même producteur, J.J. Abrams, ou les deux à la fois. En tout cas, avoir vu Cloverfield n’est pas un impératif pour voir 10 Cloverfield Lane. Parce que ce n’est pas lié ? Parce que c’est l...

Lire la suite...

119 jours : Les Survivants de l'Océan

Article publié le samedi 06 août 2016 à 14:02

Par : Culturemania

cover
views
13653
likes
19
comments

Connaissez-vous l'histoire du Rose-Noëlle ? Moi non plus, jusqu'à hier en tout cas. Tout d'abord, c'est une histoire vraie et qu'on le veuille ou non, on ne regarde pas un film de la même manière en le sachant, même si parfois, ce n'est que pure manipulation. Mais pas là. L'histoire nous vient de l'autre côté du monde, la Nouvelle-Zélande. C'est l'histoire qui peut paraître banale de quatre types qui ont fait naufrage et qui ont dû survivre. Ça semble un p...

Lire la suite...

119 jours : Les Survivants de l'Océan

Article publié le samedi 06 août 2016 à 14:02

Par : Culturemania

cover
views
13653
likes
19
comments

Connaissez-vous l'histoire du Rose-Noëlle ? Moi non plus, jusqu'à hier en tout cas. Tout d'abord, c'est une histoire vraie et qu'on le veuille ou non, on ne regarde pas un film de la même manière en le sachant, même si parfois, ce n'est que pure manipulation. Mais pas là. L'histoire nous vient de l'autre côté du monde, la Nouvelle-Zélande. C'est l'histoire qui peut paraître banale de quatre types qui ont fait naufrage et qui ont dû survivre. Ça semble un peu tr...

Lire la suite...

The Black Water Vampire

Article publié le mardi 11 octobre 2016 à 22:38

Par : Culturemania

cover
views
4510
likes
1
comments

Sale histoire à Black Water. Tous les 10 ans, un cadavre de femme vidée de son sang est retrouvé dans la forêt. Raymond Banks a été déclaré coupable de ces meurtres même si ça sent le coup fourré à plein nez. Comme il le dit lui-même : toute la ville veut le voir disparaître car il sait. Il sait ce qu'ils font dans la forêt. Et ça tombe bien car la sentence de Raymond Banks est la mise à mort pure et simple.

Lire la suite...

Le Rituel

Article publié le vendredi 16 février 2018 à 19:18

Par : Culturemania

cover
views
2691
likes
2
comments

Enfin ! Enfin un film d’horreur récent qui vaille la peine d’être vu ! Cela faisait tellement longtemps que je commençais à désespérer. Fan du genre, le dernier en date m’ayant plu était Conjuring et depuis, plus rien. Mais avec celui-ci, j’ai enfin retrouvé tout ce que j’aime ! Le club des amis...

Lire la suite...

Lou ! Journal infime

Article publié le mercredi 18 février 2015 à 22:53

Par : Culturemania

cover
views
7140
likes
7
comments

Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. Et Julien Neel créa la BD de cette petite gamine qui vit avec sa mère et un chat qui change de nom tous les jours. Et puis l'espèce humaine étant ce qu'elle est décide d'en faire un film. Laissez-moi donc vous raconter comment en pleine conscience, j'ai perdu 1h42 de ma vie.

Lire la suite...

Heaven is for real

Article publié le mardi 08 juillet 2014 à 22:51

Par : Culturemania

cover
views
2691
likes
0
comments

Croyez-vous à l'existence du Paradis ? Une petite curiosité ce soir. Alors que le match Brésil-Allemagne semble avoir commencé, je me fais une joie de le rater pour venir vous raconter cette curiosité. J'entend de par mes voisins que les Allemands mènent 3-0 à la 24' minutes. Peu importe, l'histoire que je vais vous raconter ici sera plus intéressante. Et puis lorsque vous lirez ça, le ...

Lire la suite...

Fright Night 1985

Article publié le jeudi 10 novembre 2016 à 22:16

Par : Culturemania

cover
views
2195
likes
2
comments

Cela fait trop longtemps que le crade n'est pas venu dégueulasser Culturemania. Si on veut du bon dégueulis, du bon gueulard et du bon qui dégouline, il faut forcément remonter dans les années 1980. Parfait, Fright Night, qui a aussi sa version récente de 2011 puise ses sources en 1985 dans l'esprit de To...

Lire la suite...

Sully

Article publié le mardi 31 janvier 2017 à 22:52

Par : Culturemania

cover
views
3626
likes
5
comments

Le 15 janvier 2009, un Airbus A320 de la compagnie US Airways a frappé une horde d'oiseaux, niquant les deux moteurs et foutant une pagaille pas possible. L'avion était piloté par Chesley Sullenberger, alias Sully. Ce type est un héros. En 2009, les journaux titraient "Miracle sur l'Hudson". Ce type a réussi la prouesse de faire amérrir ce gros cigare volant sur les eaux glaciales de l'Hudson River, qui est ce bras de flotte qui sépare le New Jersey de l'île de Manhatthan. Aux manettes de ce film : Clint Eastwood. J'allais pas rater ça....

Lire la suite...

Gravity

Article publié le dimanche 07 décembre 2014 à 17:51

Par : Culturemania

cover
views
2498
likes
1
comments

Encore un film qui a énormément fait parler de lui. Bluffant, original, incroyable avec la 3D et blablabla et blablabla. Tout se passe dans l'espace, là où la vie est impossible. Des millions de dollars, des millions d'entrées, la claque visuelle, etc etc. Bon, s'il vous plait, voyons le film et on en parle après. Sandra Bullo...

Lire la suite...

Le Cadeau De Carole

Article publié le lundi 05 décembre 2016 à 03:01

Par : Remix42

cover
views
4661
likes
13
comments

Qui dit Noël, dit repas, ambiance et décorations de circonstances. Mais moi, qui suis un grand sentimental, j'ajouterais les téléfilms à ce domaine. Sans cela, que serait la magie de Noël ? Parmi les productions à succès, il y a mon petit chouchou que je ne rate jamais : ''Le Cadeau De Carole'' avec Tori Spelling, paru en 2003.

Lire la suite...

Un singe en hiver

Article publié le samedi 21 juin 2014 à 00:58

Par : Culturemania

cover
views
4615
likes
4
comments

Juin 44, la guerre est sur le point de se terminer, et à Tigreville en Normandie, une chose invraisemblable va se produire. Hitler va passer dire coucou ? Non, mais Albert Quentin, patron de la Stella, va promettre à sa femme Suzanne, que si leur auberge résiste aux bombardements, il ne boira plus une seule goutte d'alcool. Pari tenu ?

Lire la suite...

PARTICIPER !

  • Rediger un nouvel article et gagner 10 points !
  • Enrichir un article existant et gagner 1 point !
  • Valider et corriger un article et gagner 5 points !
  • Faire connaître ses propres créations !
  • Créer une immense base de données gratuites et sans publicité.
  • Commenter les articles publiés sans avoir besoin de s'inscrire.

A QUOI CA SERT ?

Le but de Culturemania est de donner un moyen simplifié à tout un chacun pour s'exprimer sur la Culture et partager son avis sur une oeuvre, livre, film, spectacle, artiste, découverte....


Si vous êtes à l'origine d'une création culturelle, c'est aussi le bon endroit pour venir en parler vous-même et partager ensuite votre article sur les réseaux sociaux !


De plus, plus vous participez, plus vous gagnez des points. Régulièrement, nous organiserons des jeux concours sous différentes formes et ceux qui auront le plus grand nombre de points auront de fait le plus de chance de gagner.