Accueil
Accueil
Espace redaction
Espace redaction
S'inscrire
S'inscrire
Nous contacter
Nous contacter
Les auteurs
Les auteurs
A propos
A propos
Nos classements
Nos classements
Un article au hasard
Un article au hasard
Twitter Facebook GooglePlus

Culturemania

Mettons tous ensemble la Culture en Commun

Un des grands principe de Culturemania est de ne pas mettre de publicité.
Donc, si vous aimez passer du temps ici et lire nos articles, aidez-nous à collecter un peu d'argent par notre cagnotte sur Leetchi afin que le site puisse continuer à vivre et évoluer.
Merci à toutes et à tous !

banner

Romans

- 2084 - La fin du monde -

Article rédigé par Culturemania le 16/09/2016 à 21:50

Informations

  • Date de sortie : jeudi 20 août 2015
Je pensais faire les choses dans l'ordre et commencer par parler du bouquin 1984 que j'ai relu avant l'été, mais finalement, voilà 2084 tant qu'il est encore présent dans ma tête. On est 100 ans après l'histoire d'Orwell. C'est une simulation de ce que sera le monde dans un futur que je trouve beaucoup trop proche et qui aura pour mission numéro une de faire oublier notre monde actuel. La religion, qui au passage commence sérieusement à me courir, recouvre intégralement ce futur hypothétique qui m'a donné l'impression d'une ancienne Egypte totalitaire, absurde, violente et où l'esprit a régressé pour faire semblant de croire à ces salades qui sont pour moi de la science-fiction malsaine.

Auteur : Boualem Sansal

Edition : Gallimard

La religion fait peut-être aimer Dieu mais rien n'est plus fort qu'elle pour faire détester l'homme et haïr l'humanité.

Le livre commence par un avertissement. Déjà pour moi, ça coince. Car c'est une façon presque insultante de prendre le lecteur pour un con. Est-ce qu'il s'est senti obligé de faire ça parce que son livre parle de religion et particulièrement d'un Islam totalitaire et dominateur ? Pour moi, cet avertissement peut être là aussi pour se dédouaner et se protéger des esprits faibles et critiques. Pourquoi pas. Mais de là à préciser au lecteur que cette histoire est une pure invention qui n'a aucune raison d'exister alors qu'il y a écrit 'roman' sur la couverture, je trouve ça limite foireux. Ensuite, se déclarer dans le continuum d'Orwell et de son 1984, c'est assez curieux. Et enfin, terminer l'avertissement par une phrase clin d’œil amical et bienveillant enfonce le clou et confirme ma petite démonstration.

Dormez tranquilles, bonnes gens, tout est parfaitement faux et le reste est sous contrôle.

Bon alors j'y ai été fort, peut-être, mais je déteste les avertissements que je considère comme une insulte à notre intelligence et un gâchis à la lecture qui va suivre. Je dis souvent que l'auteur fait la moitié du boulot et le lecteur doit s'efforcer d'en faire l'autre moitié. A cause de cet avertissement, le boulot est foutu en l'air et empêche le plaisir d'un lecteur à lire cette histoire comme il en a envie. Phrase pompeuse : cela réduit le spectre des interprétations de lecture. Voyez, je viens de faire une réduction en introduisant mon propos précédent par "phrase pompeuse". Allez, parlons de l'histoire, parce qu'elle est furieusement pas mal.

On est en Abistan. Le Dieu suprême s'appelle Yöllah et son prophète s'appelle Abi. Les noms et les mots en général ne dépassent pas les deux syllabes. Simplifier les mots simplifie la pensée. Souvenez-vous l'épuration du langage et la réécriture des manuels et des livres dans 1984 de George Orwell. Le personnage principal s'appelle Ati. Il est au départ dans un sanatorium mais ne va pas tarder à foutre le camp pour réintégrer la société civile, soumise totalement au rythme de vie imposé par la divinité et son prophète que personne n'a jamais vu. Yölah est grand et juste, il donne et reprend à son gré. On prie 9 fois par jour en espérant être appelé avant sa mort pour participer à la seule activité excitante de la période, un pèlerinage vers un lieu saint. Hourra. En attendant, on subit les contrôles de la foi qui vérifient régulièrement si notre attitude envers la soumission est bien totale. Autrement, direction le stage pour la décapitation publique, et il est de bon loisir que de dénoncer son voisin ou son ami s'il a dévié du droit chemin. Pour le sac à vomi, c'est par ici.
Le monde est né en 2084. Avant, il n'y avait rien. Autour de l'Abistan, il n'y a rien. Certains parlent d'une Frontière, mais elle est comme la mort, personne n'est jamais revenu pour la raconter.

preview

Et pourtant, les renégats sont là. Ils vivent dans des ghettos accessibles par des points de passage, genre de checkpoint secrets. Là-dedans, les gens ne vivent pas sous le doux son de la foi et sont donc libre. Ils représentent alors une menace à exterminer. Mais Ati fait une drôle de rencontre en revenant du sanatorium. C'est ce qui va l'amener avec son pote Koa à aller voir ce qui se passe dans les ghettos pour écouter l'avis des pouilleux qui vivent là-bas. Il se trouve qu'un certain Nas aurait découvert un village lors d'une fouille archéologique qui remettrait en cause la religion en place. Grande sera la menace à celui qui ne reconnaîtra pas l’existence de Yölah et Abi. Ati et Koa vont vite se retrouver dans la merde et vont devoir se planquer avant de se frayer un chemin vers le saint des saint, la pyramide de la Küba, sorte de maison blanche du gouvernement religieux.

Alors ça devrait être violent, très violent. Dans l'idée, oui. Mais dans la lecture, non. J'ai eu l'impression d'être dans une fiction totale, un genre de voyage à travers des quartiers d'une sorte d'Egypte pleine de sable. Je n'ai pas trouvé la puissance que devrait avoir ce bouquin. Tout va trop vite. On n'a pas l'impression de marcher aux côté d'Ati, de se planquer avec lui, de perdre tout ce qu'il va perdre. Alors la comparaison avec Soumission peut se faire. Dans Soumission, on est à Paris, Pujadas monopolise la téloche, Marine le Pen est candidate. C'est donc forcément plus violent car proche. 2084 est une histoire de voyage à travers un pays purement fictif où l'horreur de la religion installée n'est pas assez ressentie. Je pensais vraiment que tout allait aller beaucoup plus loin dans les descriptions. Je n'ai pas été imprégné, impliqué alors que j'aurais voulu être outré, choqué, enragé. Tout est fictif, lointain et c'est là que je reviens sur mon histoire d'avertissement, qui est absolument inutile. Il serait par-exemple plus légitime dans Soumission de Houellebecq, mais c'est très bien qu'il n'y en ai pas. Donc, je suis assez déçu car c'est un bouquin qui je pense allait me marquer mais que je risque finalement d'oublier assez vite.

Avec le temps vint l'apaisement, Ati entrait par là réellement dans la routine rêvée. Il était enfin un croyant comme les autres, il ne courrait plus de danger. Il n'y a pas de révolte possible dans un monde clos, où n'existe aucune issue. La vraie foi est dans l'abandon et la soumission, Yölah est omnipotent et Abi est le gardien infaillible du troupeau.
Vous avez aimé ? Partagez !

Commentaires

https://blog.francetvinfo.fr/bureau-londres/2016/01/28/stephen-hawking-annonce-la-fin-de-lhumanite-pour-bientot.html la fin du monde est-elle bien programmée ??

Ecrit par christian le vendredi 26 janvier 2018 à 20:09

Poster un commentaire :

stats

Culturemania, c'est :

512 articles rédigés par 14 personnes inscrites sur le site. Rejoingez-les !

1.220.911 articles consultés depuis des 10aines de pays dans le monde !

stats

Suivez Culturemania sur les réseaux sociaux :

FacebookTwitterGoogle plus
Autres articles du même genre :

Scintillation

Article publié le lundi 19 janvier 2015 à 22:23

Par : Sowilo

cover
views
1429
likes
0
comments

Roman d’anticipation. Tels sont les seuls petits mots qui ont pu me faire tomber sur Scintillation. Ça, et une quatrième de couverture intrigante, qui me promettait déjà autre chose qu’un pseudo 1984 moderne. Promesse tenue. John Burnside, auteur et poète écossais, nous sert un roman étrange et hypnotique, très loin des standards de géopolitique fictives souvent associés à l’anticipation.

Lire la suite...

22 11 63

Article publié le lundi 26 janvier 2015 à 15:19

Par : Sowilo

cover
views
1456
likes
0
comments

Je ne croyais plus pouvoir être vraiment surpris par King aujourd’hui. Heureusement pour moi, je me suis lancé dans 22/11/63 sans préméditation, sans même en lire l’intrigue. Je n’avais rien à me mettre sous la dent, et le rayon de la médiathèque m’a collé King sous le nez, une fois...

Lire la suite...

Central Park

Article publié le mercredi 03 juin 2015 à 22:43

Par : manu_wit

cover
views
1260
likes
1
comments

Alice, flic de Paris dans la Crim, enquête sur le serial killer, Erik Vaughn. Celui-ci a comme trip de tuer des filles avec les bas de sa victime précédente. Chacun son truc... Au moment où elle peut le coincer, tout dérape et sa vie lui échappe (presque totalement).

Lire la suite...

Nuit noire, Etoiles mortes

Article publié le vendredi 13 mars 2015 à 17:02

Par : Culturemania

cover
views
1828
likes
0
comments

Ah ça faisait longtemps ! Trop longtemps. Et oui, je ne viens par ici parler de toutes mes lectures en temps et en heure, mais je savais que je ne pouvais pas passer un Stephen King. Surtout celui-ci, qui est souvent assez jouissif. C'est un recueil de nouvelles, alors soyons les bienvenus dans ces quelques histoires à lire sous les draps avec sa petite lampe torche en fin de vie.

Lire la suite...

Cujo

Article publié le dimanche 27 juillet 2014 à 20:29

Par : Culturemania

cover
views
1596
likes
1
comments

Je devais avoir une petit dizaine d'années et avec les copains, on avait l'habitude de prendre les vélos et de grimper sur la colline pour rejoindre le très respecté terrain de cross. C'était une sorte de circuit avec des bosses, des double-bosses, des descentes et bien sûr, l'infernale remontée. Super donc. Sauf que pour s'y rendre, il fallait grimper, encor...

Lire la suite...

Le Chardonneret

Article publié le mardi 21 juin 2016 à 16:57

Par : Nana Scleurnk

cover
views
1018
likes
1
comments

Parfois, il arrive des (mes-)aventures si extrêmes, si violentes, si obsédantes qu’elles déterminent toute une vie. Le secret de Théo, aussi lourd de sens que de menace, imprègne son destin. Ils s’agrippent l’un à l’autre, comme pour ne pas tomber plus bas, comme pour se sentir vivant. Son tableau, son trésor. "Si un tableau se fraie vraiment un chemin jusqu'à ton cœur et change ta façon de voir, de penser et de ressentir, tu ne te dis pas « oh, j'adore cette œuvre parce qu'elle est universelle », « J'adore cette œuvre parce qu'elle...

Lire la suite...

La peau sur les os

Article publié le dimanche 13 avril 2014 à 11:14

Par : Culturemania

cover
views
1688
likes
1
comments

Maigrir. L’obsession de tout le monde, le cauchemar de Billy Halleck. Avocat bien grassouillet et père comblé du Connecticut, Billy va se retrouver dans une spirale incontrôlable. Après avoir accidentellement renversé une vieille femme d’un clan de gitans, son corps va commencer à fondre, encore et encore, kilos après kilos, jours après jours. Pour finalement ne laisser qu’un sac d’os ? Sac d’os, vous avez saisi ? Ah ah ah.

Lire la suite...

Des milliards de tapis de cheveux

Article publié le vendredi 31 octobre 2014 à 11:59

Par : fraf

cover
views
1473
likes
1
comments

Savez-vous comment tisser un tapis ? Andreas le sais lui :) Il vous faut un cadre, une trame et des fils ...

Lire la suite...

Vers le bleu

Article publié le mardi 14 octobre 2014 à 15:15

Par : Tartinneauxpommes

cover
views
1665
likes
1
comments

J'ai reçu ce livre par le biais de Juliette des éditions Sarbacane que je remercie de tout cœur de me faire confiance et de m'avoir envoyé un livre aussi beau. Je vous laisse avec le résumé très prenant : Coincée dans une caravane entre une mère irresponsable et une petite sœur farfelue, Nel, 18 ans, voudrait fuir sa vie trop étroite. Partir loin, juste après l'élection de la Mini-Miss Camping à laquelle Noush rêve de participer... Mais rien ne se passera comme prévu, dans la vie 'cabossée bizarre' de Nel et Noush. Et tant mieux, au fond : sinon, comment pourraient-elles esp...

Lire la suite...

Terreur

Article publié le samedi 17 mai 2014 à 00:01

Par : fraf

cover
views
1606
likes
0
comments

Si je vous parle de Sir John Franklin ? Si je vous parle de l'Erebus et du Terror ? Her Majesty's Ship Erebus et Her Majesty's Ship Terror, 2 bombardes anglaises, partent de concert et tranquillou côté préparation (ah bon ? c'est bien sur ça ?) à la recherche de la voie du nord en 1845 ? Non ? C'est de l'histoire, vous devriez savoir bande d'inculte ! Vous n'avez donc fait que poser votre cul sur les bancs de l'école ?

Lire la suite...

La fille du gardien de phare

Article publié le jeudi 26 mars 2015 à 00:02

Par : manu_wit

cover
views
1466
likes
0
comments

Petit polar qui se lit facilement. Voici le début de la description d'Amazon: "Les cloches de l'église de Marstrand appelaient à l'office dominical de dix heures trente, mais on ne les entendait pas sur Hamneskär...". Très dépaysant.

Lire la suite...

Ce si joli trouble

Article publié le lundi 13 octobre 2014 à 12:37

Par : Tartinneauxpommes

cover
views
1542
likes
0
comments

J'ai lu ce livre en lecture commune avec une abonnée géniale et du coup j'ai adoré ce livre. Je vous laisse le résumé : La veille de sa rentrée à la fac, Bliss Edwards a décidé de franchir le pas. Ce soir, elle ramène un garçon chez elle ! AU moment de passer à l'acte, pourtant, c'est la panique. Bliss invente une excuse ...

Lire la suite...

Soumission

Article publié le samedi 12 septembre 2015 à 22:45

Par : Culturemania

cover
views
1316
likes
1
comments

Avec ma virée dans les romans de Michel Houellebecq, vous vous doutez bien que je n'allais pas passer à côté de Soumission. les médias ont tellement rabâché de saloperies autour de ce roman, à en faire un telle histoire, que je voulais le lire d'un bout à l'autre pour me forger une opinion. Elle est faite, et je peux maintenant penser librement que les gens qui ont traité ce bouquin d'islamophobe ne l'ont pas lu. Je vais bien sûr expliquer pourquoi.

Lire la suite...

Il est de retour

Article publié le mardi 06 septembre 2016 à 15:30

Par : Nana Scleurnk

cover
views
989
likes
1
comments

Il, c'est Hitler. Soixante-six ans après sa disparition, il se réveille dans le terrain vague d'un quartier de Berlin et il n'en a pas perdu sa moustache. En ces temps incertains où notre pays se FN-ise, où les cultures étrangères dérangent de plus en plus le chaland et où les discours du commun des français me semblent un brin effrayants, je me suis dit « hey, le concept de ce bouquin peut être intéressant ! » Et en effet, il aurait pu. Mais en fait, non. Pas tout à fait.

Lire la suite...

La colline aux esclaves

Article publié le samedi 11 octobre 2014 à 19:32

Par : Tartinneauxpommes

cover
views
1969
likes
0
comments

Livre reçu en partenariat et en avant première puisque je fais partie de la bande des Lectrices Charleston 2015. Du coup si le livre vous plait, sachez que sa sortie se fera en Janvier 2015. Je vous laisse avec le résumé : À 6 ans, Lavinia, orpheline irlandaise, se retrouve esclave dans une plantation de Virginie : un destin bouleversant à travers une époque semée de violences et de passions... En 1791, Lavinia perd ses parents a...

Lire la suite...

PARTICIPER !

  • Rediger un nouvel article et gagner 10 points !
  • Enrichir un article existant et gagner 1 point !
  • Valider et corriger un article et gagner 5 points !
  • Faire connaître ses propres créations !
  • Créer une immense base de données gratuites et sans publicité.
  • Commenter les articles publiés sans avoir besoin de s'inscrire.

A QUOI CA SERT ?

Le but de Culturemania est de donner un moyen simplifié à tout un chacun pour s'exprimer sur la Culture et partager son avis sur une oeuvre, livre, film, spectacle, artiste, découverte....


Si vous êtes à l'origine d'une création culturelle, c'est aussi le bon endroit pour venir en parler vous-même et partager ensuite votre article sur les réseaux sociaux !


De plus, plus vous participez, plus vous gagnez des points. Régulièrement, nous organiserons des jeux concours sous différentes formes et ceux qui auront le plus grand nombre de points auront de fait le plus de chance de gagner.